Droit au but

Comme plusieurs médecins le savent déjà, les statuts de la FMOQ ont été amendés en 2018. En vertu des changements apportés, la Fédération est depuis dirigée par un conseil d’administration remanié et par un président qui sera bientôt élu au suffrage universel des membres.
Voyons de plus près les procédures d’élections se rattachant à ces importantes fonctions.

C’est avec ce titre que le Conseil interprofessionnel du Québec (CIQ) diffusait un communiqué de presse au mois de mai 2019 pour annoncer la création d’un comité spécial chargé d’évaluer les fonctions des syndics des ordres professionnels.

Comme on sait, le pouvoir de faire des lois est, avec le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire, l’un des trois pouvoirs constituant l’État dans une démocratie comme la nôtre. Au Québec, le pouvoir législatif est détenu par le Parlement, composé de l’Assemblée nationale et du lieutenant-gouverneur. Dans le fonctionnement de l’État québécois, la présentation de projets de loi constitue donc une activité fondamentale. La santé est certainement l’un des secteurs où le gouvernement légifère le plus. La FMOQ participe activement à cet exercice.

Quand l’établissement en exige toujours plus des médecins

où s’arrêter ?

Me Pierre Belzile, avocat, est directeur du Service juridique de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec.  |  2019-09-30

Ce samedi après-midi, le Dr Bélanger, président de l’Association des médecins omnipraticiens de Labelle-Laurentides, est soucieux. Certains de ses membres qui exercent à l’hospitalisation des patients dans un des hôpitaux de la région sont entrés en contact avec lui. Ils veulent connaître leurs droits par rapport aux exigences toujours plus importantes de l’établissement devant l’achalandage extrême qui touche les soins de courte durée depuis trop longtemps déjà. La situation dure depuis des mois. Que peut dire le Dr Bélanger ?

Le Dr Bazinet, responsable du GMF de Baie-Bélanger, a reçu une note de la direction des services professionnels du CISSS de sa région. La DSP demande à tous les médecins du RLS de participer dès le mois prochain au service de consultation externe de relance de l’hôpital. Le Dr Bazinet est surpris. Personne ne lui avait auparavant parlé de ce dossier. Le CISSS peut-il obliger ainsi les médecins du RLS à y participer ?

Dans sa plus récente étude statistique sur le harcèlement psychologique au travail, Statistique Canada mentionne que 19 % des femmes et 13 % des hommes déclarent avoir été victimes de harcèlement au cours de l’année précédente1. Or, malgré l’importance de ce phénomène, bon nombre d’employeurs ne sont pas proactifs et banalisent le harcèlement au lieu d’agir fermement pour l’éradiquer à la source.

Les DRMG

des partenaires à part entière

Pierre Belzile  |  2019-04-01

Le comité de direction du Département régional de médecine générale de la Plaine-du-Sud est réuni en séance régulière. Le président-directeur général du CISSS annonce aux autres membres du comité, dont au chef du DRMG, une mise à jour de la liste des activités médicales particulières qui seront disponibles dans la région.

Jean-Philippe, jeune médecin ayant peu d’expérience des questions médicoadministratives au sein du réseau de la santé, vient d’être nommé au comité de direction du Département régional de médecine générale, le DRMG, de la région de la Grande-Montagne. La chef du DRMG, la docteure Isabelle, s’empresse de tester les connaissances de la nouvelle recrue au sein de son équipe.

Pour accéder aux articles publiés il y a plus de 3 ans, visitez les archives ou utilisez le moteur de recherche.