Dossiers spéciaux

Créativité et stimulation de la mémoire épisodique

Emmanuèle Garnier  |  2019-11-27

Si l’on cherche une manière d’avoir un peu plus d’idées quand on se creuse la tête, on peut recourir à une « induction de la spécificité épisodique », une méthode qui consiste à activer la mémoire épisodique – celle qui concerne notre propre vie –, en se remémorant un souvenir ou en faisant appel à notre imagination.

Au Québec, près d’une trentaine de médecins de famille exercent dans le milieu carcéral. Quels sont les défis que doivent affronter ces omnipraticiens qui osent soigner derrière les barreaux ?

Au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, le Dr Baudouin Forgeot d’Arc, psychiatre, évalue de nombreux enfants et adolescents potentiellement autistes. Un long processus. « Parfois, la première heure, on ne comprend pas pourquoi on nous a adressé le jeune. On ne décèle vraiment rien d’autistique. Cela arrive en particulier dans le cas de certaines jeunes filles. »

Autisme

Le difficile diagnostic chez l’adulte

Emmanuèle Garnier  |  2019-09-26

Bien des adultes se rendent à la clinique de l'Institut universitaire en santé mentale de Montréal (IUSMM) consulter le psychiatre Alexis Beauchamp-Châtel. Ils veulent en avoir le cœur net : sont-ils autistes ?

Un curieux rapport lie certains problèmes dermatologiques à des troubles mentaux parfois très graves. De nombreuses études, dont une récente au Québec, en témoignent.

Dépister les patients à risque

Outils et traitements

Emmanuèle Garnier  |  2019-08-28

Comment dépister la dépression chez les patients souffrant de problèmes dermatologiques comme le psoriasis ? La Dre April Armstrong, dermatologue de la University of Southern California, recommande la version à deux questions du Questionnaire sur la santé du patient (QSP-2) dans son éditorial du JAMA Dermatology1.

Une étude du Lancet Diabetes & Endocrinology vient de montrer que six ans d’exercice léger et d’alimentation adéquate permettent à long terme aux patients intolérants au glucose de retarder l’apparition du diabète et de ses complications.

Inspirés par leurs stages, leurs rencontres, leurs lieux de pratique, des médecins de famille ont créé de nouveaux projets pour mieux soigner leurs patients.

Bien des jeunes sont hantés par des pensées suicidaires. Certains facteurs accroissent leur risque de passer à l’acte : l’automutilation, la consommation de cannabis et d’autres drogues ainsi que le fait d’avoir vu d’autres personnes s’infliger intentionnellement des blessures.

Les risques de l’automutilation

Emmanuèle Garnier  |  2019-05-29

Une donnée de l’étude sur la cohorte de l’Avon frappe la Dre Johanne Renaud, chef associée de psychiatrie au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal : le risque qu’un jeune qui a eu des idées suicidaires à 16 ans fasse une tentative de suicide au cours des cinq années suivantes atteint 21 % s’il s’est également mutilé1.