Pratico-pratique

Transformer son stétho en ampli

Emmanuèle Garnier  |  2019-10-30

Au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, la Dre Josée Forget semble parfois un peu étrange. Elle décroche le téléphone, met son stéthoscope dans ses oreilles et place la cloche de son instrument sur le récepteur. Comme si elle l’auscultait.

Mesurer le foie avec un stéthoscope

Emmanuèle Garnier  |  2019-10-10

Le stéthoscope est un instrument qui peut entre autres servir à... estimer la taille du foie. La Dre Danielle Daoust, omnipraticienne qui pratiquait aux soins palliatifs à l’hôpital de Joliette, étonnait chaque fois ses résidents en leur montrant cette nouvelle utilisation.

Déjouer le syndrome de la blouse blanche

Emmanuèle Garnier  |  2019-08-28

À la Clinique médicale Saint-Paul, à Repentigny, la Dre Marie Rose Châteauvert parvient en moins d’une minute à déjouer le syndrome de la blouse blanche chez ses patients trop tendus. Son secret : l’approche méditative.

Pratiquant à Sainte-Thérèse, la Dre Isabelle Ledoux en avait assez. Assez de recevoir des rapports de consultation illisibles. Assez d’être incapable de déchiffrer les conclusions du spécialiste ou de décrypter son plan de traitement. Elle a donc décidé de passer à l’action.

Optimiser son iPhone

Emmanuele Garnier  |  2019-07-30

Déjouer le syndrome de la blouse blanche

Emmanuèle Garnier  |  2019-06-19

À la Clinique médicale Saint-Paul, à Repentigny, la Dre Marie Rose Châteauvert parvient en moins d’une minute à déjouer le syndrome de la blouse blanche chez ses patients trop tendus. Son secret : l’approche méditative.

Pour une prise en bloc de patients harmonieuse

Emmanuèle Garnier  |  2019-06-07

La première fois que la Dre Caroline Langlais, de la Clinique médicale du Lac, à Magog, a pris en bloc 500 patients du guichet d’accès à un médecin de famille, elle a trouvé l’expérience éprouvante. Les nouveaux patients avaient tous appelé en même temps. Et beaucoup avaient été frustrés d’attendre si longtemps leur premier rendez-vous.

Google pour convaincre les patients sceptiques

Emmanuèle Garnier  |  2019-05-29

Le patient lève un sourcil dubitatif. Au GMF de Saint-Donat, son médecin de famille, le Dr Jean-Marc Hébert, vient de lui diagnostiquer un herpès. Le clinicien, pour sa part, voit bien le scepticisme de son patient. Mais ce n’est pas la première fois que cela lui arrive, et il a une parade infaillible.

À Lévis, au GMF des Ponts, le Dr Michel Tremblay effectue entre 150 et 200 infiltrations ou ponctions par année. Il travaille à l’aveugle, sans échographie. Son seul outil pour se guider : un simple stylo en position fermée. « J’ai découvert au fil du temps que c’était mon meilleur ami », explique le médecin de famille.