Nouvelles syndicales et professionnelles

Formulaires 2.0 du CRDS

un premier formulaire en neurologie

Élyanthe Nord  |  2024-02-06

Les nouveaux formulaires 2.0 du centre de répartition des demandes de services (CRDS) vont remplacer peu à peu les formulaires actuels. Le premier, pour les demandes de consultation en neurologie, a été lancé le 30 janvier. Les prochains, pour la néphrologie et l’hémato-oncologie chez les adultes, devraient être prêts au printemps.

« Les nouvelles versions n’ont plus la même apparence. Leur approche est différente. Il s’agit d’outils électroniques plus intelligents. De plus, ils vont éventuellement permettre le suivi de la demande à l’aide d’un tableau de bord », explique la Dre Anne-Louise Boucher, directrice de la Planification et du Développement organisationnel à la Fédération.

Les nouveaux formulaires, fruits de la collaboration entre la FMOQ, la Fédération des médecins spécialistes du Québec et le ministère de la Santé, sont interactifs et dotés de différents outils : des algorithmes de prise en charge, des aides à la décision clinique, des liens vers les lignes directrices et des documents de l’Institut national d’excellence en santé et services sociaux ainsi que diverses références. « Comme bien des médecins souhaitent toujours en savoir plus, le formulaire propose des informations scientifiques pertinentes », indique la Dre Boucher.

En général, les formulaires 2.0 demandent les mêmes tests préalables que leur version antérieure. Cependant, dans des domaines comme la neurologie, certains traitements doivent maintenant avoir été tentés avant d’effectuer une demande de consultation. Par exemple, dans le cas de la migraine, le médecin de famille doit déjà avoir prescrit un triptan et deux traitements prophylactiques (antidépresseurs tricycliques, bêtabloquants, etc.). Pour une consultation pour un tunnel carpien, le patient doit avoir porté une orthèse pendant la nuit pendant au moins deux mois ou eu une infiltration il y a plus de deux semaines.

Conseil numérique

Les nouveaux formulaires indiqueront aussi les cas où le médecin de famille peut demander un conseil numérique à la place d’une consultation. Cette suggestion apparaît généralement pour des problèmes de santé fréquents et pour lesquels la liste d’attente est longue. Le nouveau formulaire en neurologie, par exemple, propose le conseil numérique pour les céphalées et les découvertes fortuites en imagerie. Les patients touchés n’ont souvent pas besoin d’être vus par le spécialiste et attendent souvent longtemps avant d’être évalués.

« Le conseil numérique permet d’avoir une réponse en moins de deux semaines, précise la Dre Boucher. Il est donc particulièrement utile, lorsque la situation clinique s’y prête, pour les patients dont le code de priorité est D (temps d’attente de trois mois) ou E (un an). » (encadré)

Le conseil numérique permettrait par ailleurs de réduire la pression sur la médecine spécialisée. « On se rend compte que dans certaines spécialités, quand les conseils numériques augmentent, le nombre de nouvelles demandes de consultation diminue légèrement », mentionne la directrice. Plus tard, le médecin pourra demander un conseil numérique directement à partir du formulaire du CRDS ou de son dossier médical électronique.

Changement du code de priorité

Que peut faire le médecin de famille si le CRDS change le code de priorité clinique de sa demande ? Il existe dans le guide de gestion du CRDS des règles souvent méconnues, mais claires, souligne la Dre Boucher. Et elles sont toujours en vigueur avec le nouveau formulaire. « Chaque fois que le CRDS modifie un code de priorité, il doit indiquer au médecin de famille le nom du spécialiste qui a analysé le formulaire et fournir son numéro de téléphone ou son courriel. Le clinicien de première ligne a ainsi la possibilité de communiquer avec lui. Certains CRDS respectent cette mesure, mais un grand nombre ne le font pas. »

Globalement, les formulaires 2,0 constituent une évolution. Et ils coïncident avec la fin d’une époque au CRDS. « Les formulaires ne pourront plus être transmis par télécopieur à partir du 31 mars. Les médecins sans DME devront donc passer par la plateforme SAFIR (Service d’acheminement de formulaires informatiques et de suivis) pour remplir leur demande de consultation et la faire parvenir au CRDS », mentionne la directrice.