La vie professionnelle

Le nouveau programme des GMF comporte plusieurs ajouts inédits : services pour les patients sans médecin de famille, création de nouveaux niveaux de GMF et apparition de « l’orchestrateur ».

Président de l’Association des médecins omnipraticiens de la Mauricie, le Dr Pierre Martin préconise la création de centres d’examen destinés uniquement à la première ligne. Une mesure qui permettrait aux médecins des groupes de médecine de famille (GMF) de traiter plus facilement les patients non inscrits.

La crise de la COVID-19 a bousculé bien des secteurs d’activité en médecine. Les temps d’attente pour les consultations urgentes sont généralement respectés dans les diverses spécialités. Ce sont plutôt les rendez-vous moins pressants qui pâtissent.

Au cours du sommeil, d’importantes activités se produisent, dont le nettoyage du cerveau qui permet l’élimination de substances neurotoxiques, comme les protéines bêta-amyloïde et tau. Le mauvais fonctionnement de ce mécanisme pourrait jouer un rôle dans la maladie d’Alzheimer.

Depuis le 25 mai, le Dr Jean Rivest est officiellement le nouveau président de l’Association des médecins omnipraticiens de Laval (AMOL). L’ex-vice-président succède à la Dre Geneviève Côté qui a dirigé l’organisme pendant un peu plus de deux ans.

En Outaouais, la pandémie a hâté de nombreux projets : un registre des niveaux de soins des patients, un comité sur la réorientation aux urgences, des courriels sécurisés offrant de nouvelles possibilités, etc. Le Dr Marcel Guilbault, président de l’Association des médecins omnipraticiens de l’ouest du Québec, explique ces innovations.