Formation

Les saignements vaginaux abondants (anciennement appelés ménorragies) constituent un symptôme gynécologique fréquent à l’adolescence, touchant de 30 % à 40 % des adolescentes1-3. De plus, jusqu’à 90 % d’entre elles peuvent se plaindre de dysménorrhée de modérée à grave dans de 30 % à 50 % des cas4,5. Comment intervenir devant ces problèmes ?

La vilazodone

l’antidépresseur miracle à la rescousse ?

Guillaume Voghel, Kim Messier et Maryse Landry Gagné  |  2021-03-05

Au Canada, la prévalence de la dépression majeure est de 4,7 % par année dans la population générale1. L’atteinte rapide d’une rémission complète en l’absence d’effets indésirables constitue un défi difficile à relever en pratique. La vilazodone (Viibryd) est à la fois un inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine (ISRS) et un agoniste partiel des récepteurs 5-HT1A. Elle semble prometteuse dans ce contexte. Voyons ce qu’il en est vraiment.

Questions de DPC

Isabelle Noiseux  |  2021-03-05

La deuxième année d’application du Règlement sur la formation continue obligatoire du Collège des médecins du Québec est terminée, et quelques questions persistent concernant la reconnaissance des activités et le transfert de vos données. Voici les réponses à quelques questions qui nous été soumises. Tentons d’y voir plus clair.

Claviers pour appareils mobiles

Gilles Tousignant  |  2021-03-05

Il est possible de remplacer le clavier par défaut de nos téléphones et tablettes. Plusieurs claviers tiers améliorent la saisie et proposent des fonctionnalités qui répondent mieux aux besoins de chacun. Comme l’offre est grande, en voici trois que nous avons mis à l’épreuve depuis plus de 24 mois et qui ressortent du lot.

Même dans les meilleures conditions, l’examen de l’appareil locomoteur fait souvent partie des points faibles de la formation des médecins de famille. La distanciation imposée par la pandémie a amplifié les difficultés d’apprentissage de cette partie importante de l’examen physique. Il est cependant possible de parfaire ses apprentissages et ses habiletés cliniques, même en temps de pandémie, en faisant preuve de rigueur dans le choix des outils d’apprentissage électroniques.

À contrepoison

Robert Aubin, bibliothécaire professionnel  |  2021-03-05

Les intoxications

Dre Maude St-Onge  |  2021-03-04

Selon le rapport annuel du Centre antipoison du Québec, l’organisme a traité en moyenne 48 870 cas par année de 2008 à 2019. Les appels proviennent du public à 66 % et des professionnels de la santé à 34 %. Parmi les patients soignés en centre hospitalier, 9 %, soit 4 398, ont présenté des effets modérés ou graves, et 42 sont décédés.

1. Un appel au centre antipoison

l’évaluation initiale du risque toxicologique

Guillaume Lacombe et Joannie Leblanc  |  2021-03-04

Une dame de 52 ans arrive à l’urgence. Il y a environ une heure trente, elle aurait tenté de se suicider en ingérant une quantité inconnue de comprimés de lorazépam, de diphénydramine, d’amitriptyline et d’acétaminophène. Elle est éveillée et collabore aux soins. Après une évaluation médicale, vous décidez d’appeler le Centre antipoison du Québec pour obtenir une assistance pour la prise en charge. Êtes-vous prêts à répondre à l’ensemble des questions du personnel infirmier du centre antipoison ?

2. Les alcools toxiques

comment se sortir du trou

Audrée Elliott  |  2021-03-04

Tous les alcools peuvent être toxiques, même l’éthanol, puisque, pour paraphraser Paracelse, c’est la dose qui fait le poison.