En fin... la facturation

Facturation en centre de détention – II

Michel Desrosiers  |  2021-03-30

Complétons notre traitement des modifications à la rémunération en établissement de détention et des modalités de rémunération à l’acte, puis des conséquences des modifications apportées à la rémunération de la garde en disponibilité et des activités médico-administratives.

Facturation en centre de détention–I

Michel Desrosiers  |  2021-03-05

Garde en disponibilité durant la pandémie – II

Michel Desrosiers  |  2021-01-28

Dans la dernière chronique, nous avons traité des modalités d’adhésion et de gestion des gardes selon les différents types de milieux. Il nous restait à parler plus spécifiquement des CHSLD et des centres de réadaptation. Par la suite, comment éviter les erreurs fréquentes et interpréter les messages d’erreur de la RAMQ.

Garde en disponibilité durant la pandémie – I

Michel Desrosiers  |  2020-12-22

Les questions sur la rémunération de la garde en disponibilité durant la pandémie continuent d’affluer. De plus, les règles d’attribution ont légèrement évolué. Afin de vous éviter des déceptions, revoyons certains points.

Depuis le décret du 13 mars 2020 rendant assurés les services fournis à l’aide d’un moyen de télécommunication, la vie a changé pour nombre de patients et leurs médecins. Bien que les modalités de facturation aient été adaptées, vous devez connaître certains enjeux lorsque vous voulez offrir de tels services de l’extérieur du Québec ou encore au Québec à un patient situé hors de la province. En êtes-vous conscient ?

Vaccination et enjeux de facturation

Michel Desrosiers  |  2020-10-29

Avec la pandémie, dans le but d’éviter la confusion entre les cas de COVID-19 et de grippe saisonnière, les médecins seront sans doute davantage sollicités pour participer à l’effort de vaccination afin de réduire les cas de grippe dans la collectivité. La facturation de ces services pose parfois des difficultés quand les patients font partie des populations les plus susceptibles de souffrir des complications de la grippe et de la COVID-19. Discutons-en !

La pandémie a été l’occasion de brasser les façons d’offrir des services et les moyens de rémunérer certaines activités. Plusieurs médecins ont subitement dû exercer dans des milieux qui leur étaient étrangers ou se prévaloir de modalités spécifiques à la COVID-19 qui étaient cause de confusion par rapport aux modalités habituelles préCOVID. Certains ont eu recours à un mode qui leur était inhabituel, parfois sans pleinement en comprendre les règles. Et enfin, à travers tout ça, la RAMQ a « perfectionné » ses règles de contrôle. Une recette pour produire des surprises en tout genre. Revoyons certains des éléments qui peuvent avoir donné lieu à des problèmes.

Rappels pour un début de pratique

Michel Desrosiers  |  2020-08-27

Les médecins qui commencent à pratiquer cette année doivent s’habituer non seulement à la nomenclature des divers services, mais aussi à différentes adaptations qui y ont été apportées en raison de la pandémie. Et c’est sans compter les adaptations de fonctionnement dictées par la volonté de maîtriser la propagation de la COVID-19. Il est assez facile d’oublier certaines démarches dans le processus, d’où quelques petits rappels.

Garde préventive et garde provisoire – II

Michel Desrosiers  |  2020-08-04

Dans l’article du mois dernier, nous n’avions pas décidé si nous devions mettre notre patient du carnaval en garde préventive ni quels services nous devions réclamer. Avant de revenir à notre patient, traitons de la garde régulière, de la garde provisoire et de la rémunération des évaluations dans un tel contexte. Allons-y !

Garde préventive et garde provisoire – I

Michel Desrosiers  |  2020-06-26

Vous êtes de garde à l’urgence pendant le carnaval lorsque des ambulanciers, accompagnés de policiers, vous amènent un homme dans la cinquantaine manifestement ivre qui errait au milieu des voitures sur un boulevard passant. Il cherchait à donner des coups de canne de carnaval aux automobiles en mouvement. Il n’est pas combatif, mais affirme qu’il doit retourner « donner une leçon » aux automobilistes et demande qu’on lui « fiche la paix ». Il a une haleine éthylique, des problèmes de coordination, n’a pas de signes d’avoir été frappé et, une fois installé sur la civière, s’endort rapidement. Le personnel vous demande si vous voulez le mettre en garde préventive. Que faites-vous ?