La vie professionnelle

Malgré un taux d’inscription record atteint en 2018, la Dre Josée Bouchard, présidente de l’Association des médecins omnipraticiens du Bas-Saint-Laurent, constate que le guichet d’accès à un médecin de famille ne se vide pas dans sa région. Au contraire, il se remplit.

Que faire si, dans votre clinique, vous vous piquez avec une aiguille potentiellement contaminée ? Quelles mesures prendre si un stagiaire se blesse en recapuchonnant une seringue ? Ou encore si l’homme de ménage s’érafle avec une aiguille jetée dans une poubelle ?

À l’hôpital de Joliette, la Dre Danielle Daoust, omnipraticienne, avait à traiter des patients de nombreuses nationalités. Turcs, Russes, Polonais, Roumains, Hongrois, Ukrainiens, Allemands, etc. Elle s’entretenait avec eux sans interprète. Elle pouvait aisément faire une anamnèse ou discuter avec eux de problèmes psychosociaux complexes.

Au début de l’été, les résidents Alexandre Beauchamp et Marie-Pier Lamarre-Séguin sont sur le point de se joindre au Centre médical des Trois Lacs, un GMF-R de Vaudreuil-Dorion, lorsqu’ils reçoivent un appel bien particulier. Au bout du fil, le Dr Sylvain Dufresne, coordonnateur médical du Réseau local de service Vaudreuil-Soulanges. Il propose à chacun de prendre en charge un bloc de 750 patients, en vertu de la lettre d’entente 321 qui permet d’inscrire des patients du Guichet d’accès à un médecin de famille sans visite médicale préalable.

Certains facteurs liés à la gonarthrose, les mauvais alignements dans le genou pendant la marche, peuvent maintenant être détectés par un nouvel examen, la genougraphie. Ce test permet de déterminer les exercices personnalisés à prescrire.

Qu’apporte la genougraphie à la prise en charge médicale habituelle de l’arthrose du genou ? Une nouvelle étude vient de montrer que grâce au diagnostic et aux exercices personnalisés que ce nouvel examen permet, les patients éprouvent moins de douleur, notent moins de symptômes et sont moins entravés dans leurs activités quotidiennes1.

Les médecins de l’Outaouais ont de la difficulté à avoir accès aux spécialistes et à obtenir leurs rapports, en particulier en radiologie. L’Association des médecins omnipraticiens de l’ouest du Québec (AMOOQ), présidée par le Dr Marcel Guilbault, a décidé d’agir.

Pour accéder aux articles publiés il y a plus de 3 ans, visitez les archives ou utilisez le moteur de recherche.