Formation

2. Difficultés scolaires

TDAH, oui, mais encore ?

Marie-Claude Béliveau  |  2018-07-31

Tania, 10 ans, prend un médicament psychostimulant depuis deux ans en dépit d’effets indésirables importants sur son appétit et, conséquemment, sur sa courbe de croissance. Malgré cette mesure, elle ne suit toujours pas en classe et demeure en grande difficulté à l’école, surtout en français. Son médecin cherche de nouvelles pistes pour comprendre et l’aider...

3. Si l’anxiété chez l’enfant et l’adolescent vous angoisse...

outils pour y faire face

Mylène Wilhelmy et Olivier Gaudreau-Gouache  |  2018-07-31

Parmi tous les troubles mentaux, les troubles anxieux sont les plus fréquents chez les enfants et les adolescents, touchant près d’un tiers d’entre eux1. Or, ils seraient aussi les moins traités2. Démasquer l’anxiété et distinguer le normal du pathologique peut s’avérer tout un casse-tête. Ensuite, il faut déterminer quand et comment traiter. Voici quelques cas pour y voir plus clair.

Vous revoyez Annabelle, 15 ans, pour faire le point avec elle et sa mère sur cette douleur lombaire qui n’en finit pas. Le bilan sanguin et radiologique complet est normal. Le physiatre, le rhumatologue et l’orthopédiste consultés indiquent tous un dos en parfait état. Comment aider cette jeune fille qui a toujours excellé, tant à l’école qu’en gymnastique ?

L’évaluation du risque suicidaire chez les enfants et les adolescents est fréquemment abordée sous l’angle des facteurs de risque du patient1. Cette approche est pertinente d’un point de vue clinique, mais souvent insuffisante pour permettre au clinicien de dénouer une crise et d’instaurer une conduite satisfaisante. Voici une réflexion pour aider les cliniciens à aller au-delà du « quoi faire » et à appliquer le « comment le faire » en entrevue avec les jeunes en crise suicidaire et leur famille.

Courriels – I

Gilles Tousignant  |  2018-07-31

Le courriel permet de joindre nos interlocuteurs rapidement, partout et en tout temps. Mais est-ce que les applications offertes permettent de le faire efficacement ? Ne sommes-nous pas inondés de publicité et d’infolettres qui exigent une gestion fastidieuse de nos boîtes de réception ?

Le gel nasal de testostérone à 4,5 % (Natesto), une hormonothérapie de substitution androgénique, a été approuvé par Santé Canada en mai 2016 dans le traitement de l’hypogonadisme avéré et symptomatique chez les hommes adultes.

Problèmes de jeunes

Robert Aubin, bibliothécaire professionnel  |  2018-07-31

Maux de dos

Robert Aubin, bibliothécaire professionnel  |  2018-06-29

La lombalgie

Gilles Tousignant  |  2018-06-29

Aucune application ne peut se substituer à l’intervention d’un professionnel pour le suivi d’une lombalgie. Toutefois, les applications peuvent être de bons outils pour susciter l’engagement du patient et l’inciter à bouger.
Des solutions d’information sur la biomécanique du dos, les bonnes postures et les exercices aideront le patient à prendre en charge sa lombalgie.